Interviews theshoes

Publication le juin 20th, 2013 | par Richard Carlier

(R)évolution musicale

Inutile d’expliquer que l’ensemble de la filière musicale aura connu une authentique révolution depuis l’arrivée d’internet. Nous ne passerons donc pas de temps ici à décrire tout ce qui s’est passé depuis maintenant vingt ans ou comment « l’industrie culturelle » tente encore de se débattre pour un combat (à tort ou à raison) bel et bien perdu d’avance.

A la place, nous avons préféré passer une après-midi avec Guillaume (moitié du groupe rémois « The Shoes » et producteur couru à l’international) pour qu’il nous explique l’utilisation qu’il pouvait avoir des réseaux sociaux pour ses objectifs professionnels. Fidèle à l’accueil souriant, enjoué et drôlatique qu’on lui connaît, il nous a reçu en toute simplicité au sein de son studio de travail, niché au coeur de Reims, pour partager son expérience et ses conclusions sur le sujet.

Alors Guillaume, pour commencer, je dois t’avouer que nous sommes très surpris de la liberté de ton que tu peux avoir sur les réseaux sociaux : quel est le contrôle que peut avoir ta maison de disques sur cet aspect des choses ? 

Avant toutes choses, il faut savoir que The Shoes fait partie du label Green United Music. Depuis sa création en 2007, l’objectif premier de ce label aura été de complètement repenser le modèle de fonctionnement dans cette spécialité. Nous avons fait table rase du passé, tout repris à zéro et on continue encore aujourd’hui à imaginer et construire des concepts entièrement nouveaux.

Si on ne parle que de communication aujourd’hui, nous avons refusé l’habitude qui voudrait qu’un(e) artiste confie son expression publique à un(e) professionnel(le). Les possibilités offertes par les réseaux sociaux pour prendre la parole, et la facilité que l’on peut avoir maintenant avec un téléphone pour produire en mobilité sont les deux facteurs qui autorisent tout à chacun à gagner beaucoup en liberté. Au-delà de cette reprise en mains, il est évident que l’audience n’est pas dupe : elle cherche avant tout l’authenticité. On la veut aussi cette franchise, ce n’est donc qu’en direct qu’on peut l’obtenir.

Et qu’est-ce que tu en fais alors de cette liberté d’expression ? 

On apprend beaucoup quant à la responsabilité que ça peut endosser. Les gens apprécient énormément le fait qu’on leur parle. Je suis ainsi en prise directe avec le public et je peux observer en temps réel les réactions quand je soumets par exemple un morceau qui sort tout frais de mon ordinateur.

C’est très gratifiant pour notre travail, même si les avis sont parfois malheureusement déplacés ou un peu bizarres. Je retiens surtout la qualité du dialogue qui s’instaure, cette proximité très positive au final …même si ça efface un peu le mystère autour de la vie d’artiste (Guillaume affiche un sourire complice) : c’est à se demander s’il ne faudrait pas moins en dire, mais en même temps, le vrai problème, c’est que je suis accro !

Pour rentrer dans le détail, quelles sont tes pratiques alors ? 

Je ne suis plus sur Facebook et je n’ai gardé qu’Instagram, Twitter et surtout un Tumblr. Je passe un temps fou à m’occuper de ce blog : c’est devenu au fil du temps un carnet d’inspiration dans lequel j’adore me replonger pour revoir ce qui m’occupait il y a plusieurs mois ou quelques années. Je suis surpris parfois de la manière dont mes goûts évoluent : ce qui reste immuable, ce qui a changé, ce que j’avais oublié… c’est comme les carottes de glace que les scientifiques vont chercher dans la banquise pour savoir ce qui s’est passé dans le passé. J’ai l’image d’une boîte à souvenirs oubliée que l’on retrouve par hasard, pleine de nostalgie et qui nous fait bien rigoler.

Mais sans rire, Tumblr est super pour son côté créatif. Tu peux vraiment faire ce que tu veux en matière de mise en page et ça, c’est un vrai plus. Par exemple, tu vois, j’ai une vraie nostalgie de MySpace où il y avait tout au même endroit : de quoi diffuser ta musique, lister et discuter avec tes amis, des événements, des photos, des choix de thème. A la date d’aujourd’hui, j’ai l’impression que chacune de ces fonctions est éclatée sur plein de réseaux sociaux différents et il faut donc arpenter toutes ces plateformes une par une, et ça peut vite devenir épuisant quand il s’agit de tout synchroniser.

Je suis retourné il n’y a pas longtemps sur MySpace d’ailleurs, et c’est une sacrée expérience. J’ai eu l’impression de visiter une ville du Far West abandonnée et tout y est en plan : des espaces entiers tout déglingués portes ouvertes, figées comme ça sans personne avec juste le bruit du vent qui souffle, c’est étrange et envoûtant à la fois. Je recommande à celles et ceux qui y ont passé du temps d’en prendre un petit peu pour y retourner pour voir, c’est aussi fascinant que romantique.

The Shoes TumblR

Et comment toi expliques-tu le succès que rencontre les réseaux sociaux ? 

Ce qui est sûr c’est que ça ne s’arrêtera jamais : c’est devenu une extension normale des relations humaines. C’est comme si tu demandais à quelqu’un qui est équipé de ne plus se servir de sa prothèse. Ces outils sont devenus des prolongations de nous-mêmes.

Après, il est indispensable d’apprendre à s’en servir pour en avoir une utilisation raisonnée. Étudier les points où ça facilite les choses me semble un bon début pour faire le tri entre ce qui est utile et ce qui ne l’est pas : si ça rend service, il faut le privilégier, si ce n’est pas le cas, il faut l’abandonner. La technologie rend ici plus rapide, hyper connecté et il a aussi surtout un côté très ludique qui fait que les français ne sont pas près de se séparer des habitudes qu’ils ont pu prendre.

Tu as un exemple à nous donner ? 

Il y a une anecdote marrante avec Brodinski parce qu’on a voulu faire un test. On a fait comme d’habitude en balançant un remix qui a récolté 400 likes en quelques heures. A la suite, on a posté une photo bien salace et on a eu 50 fois plus de réactions que d’habitude ! Pas très rassurant sur le niveau intellectuel mais ça nous aura fait beaucoup gagner en humilité !

Plus sérieusement, le vrai changement, c’est que tout le monde peut produire et créer, et ça c’est une vraie chance pour la créativité à l’échelle de la planète. Les réseaux sociaux rendent pas mal de gens un peu plus curieux et j’aime beaucoup cette idée. Même si la plupart des gens copient les uns sur les autres, de temps en temps, tu tombes sur des perles avec des productions qui dépassent tout ce qu’on aurait pu imaginer et qui sont vraiment novatrices ; ça peut venir d’endroits super reculés qui n’auraient pas retenu l’attention auparavant, et je trouve que ça, c’est une super bonne nouvelle.

Ce que j’y vois enfin, c’est que la création et l’expression sont encouragées, les gens ont de l’appétit pour que ce qu’ils font soit vu : à mon sens, c’est très positif et très moteur.

Pour finir et pour nos lecteurs : quels sont tes conseils pour garder le contrôle ? 

Comme je le disais plus tôt, il faut que les réseaux sociaux concourent aux objectifs que l’on se donne. On peut bien sûr déborder un peu sur le perso à partir du moment où on reste dans le domaine de ce qui fait son univers et de ce qui nous inspire. On peut vraiment tenter d’y trouver un véhicule positif par rapport à ce que l’on fait : ça demande du boulot mais c’est possible d’en faire quelque chose de vraiment bien.

A un point de vue personnel, ce que je retiens, c’est que j’adore parler avec les gens. Je crois que c’est ce que je préfère, et de loin. Si tu regardes ce que je fais, tu verras que c’est à mon image avec quelque chose de très bordélique : je suis bien plus dans le lâcher-prise que dans un contrôle total que je ne pourrais pas assumer.

Pour conclure, je crois qu’il ne faut pas se mentir et y aller tel que l’on est. Internet nourrit beaucoup l’imaginaire et la curiosité : des espaces comme ça, à mon goût, il n’y en a pas assez dans notre environnement quotidien.

instagram-theshoes twitter-theshoes tumblr-theshoes soundcloud-theshoes

Tags: , ,


A propos de l'auteur



Retour en haut ↑
  • Beautiful pictures by @Igersreims !

  • On vous attend sur Facebook !

  • Beautiful Web 2.0 !












  • Happy from Reims !

  • Beautiful Hashtag >> #Igersreims