Interviews phonographe

Publication le novembre 5th, 2013 | par Jean-Sébastien Lefévère

Phonographe Corp

phonographeParmi les blogs créés par des rémois, il y en a un qui sort du lot pour deux raisons : une identité réellement marquée, et une audience loin d’être minime, même si elle ne se limite plus aujourd’hui localement à Reims. L’association Phonographe Corp a été fondée par quatre étudiants et a su rapidement fédérer une communauté de passionnés autour des “musiques électroniques et des cultures urbaines”. Alors que la ville s’est forgée une solide réputation dans le domaine avec la croissance du Festival Elektricity et des nombreux artistes rémois qui s’exportent un peu partout dans le Monde, Phonographe Corp s’est fait une belle place, en utilisant avec intelligence les outils mis à disposition sur Internet pour se faire connaître aussi bien sur le terrain via leurs évènements, qu’online. » Rencontre avec Souleiman, Tom et Cyprien pour une interview forcément tournée Social Media !

Plus de 6000 fans sur Facebook, comment se gère cette communauté au quotidien ?

les publications ont plus d’impact lorsqu’elles sont accompagnées de photos

Depuis le départ, nous essayons de ne pas inonder les Timelines avec des posts inutiles. Nous avons établi une manière de fonctionner qui consiste à diffuser 4 posts maximum par jour, provenant à 90% de notre blog, entre 12h et 21h. Nous essayons de mettre en avant les articles qui ont demandé le plus de temps à être rédigés ou développés (articles consistants, interviews, podcasts, playlists). Nous savons également qu’il nous faut faire les publications d’évènements à heure de forte audience, c’est à dire à partir de 18h, pour que le « reach » soit le plus élevé possible (en effet, nous n’avons utilisé que 2 fois le système de ‘pay-to-promote’ de Facebook). On a remarqué que les publications ont plus d’impact lorsqu’elles sont accompagnées de photos. Nous avons donc créé des albums en conséquence (Chroniques / Playlists / Podcasts / Interviews) pour tirer au maximum profit de cette communauté. Cette gestion ne demande que très peu de temps mais nécessite un accès à internet quasiment permanent ! Tout réside dans la régularité en somme.

Quel est le rôle joué par les réseaux sociaux au sein de ce projet ?

phonographe playlistIl est primordial car nous sommes très présents sur Facebook, Twitter et Soundcloud, et nous essayons de nous implanter sur Youtube. Ces réseaux doivent drainer l’audimat vers notre blog, qui est le noyau de notre activité. Comme nous n’optimisons que le référencement naturel de Google et non pas Adwords, ces réseaux représentent un système D très pratique pour des bloggers et promoteurs. Ceci dit, ils peuvent être un piège dans la mesure où le fameux « 15% » de Facebook fausse la donne. Nous avons plus de 6000 adhérents à notre page Facebook et 1300 followers sur Twitter mais nous sommes obligés de faire des pieds et des mains pour rameuter du monde à nos évènements et avoir un nombre de lectures correct sur certains de nos articles.

Pour en revenir à notre base de fans sur le plus grand réseau social du monde, nous sommes encore et toujours impressionnés d’être l’objet de tant d’engouement, mais en réalité, sur ces 6000, une bonne partie s’est abonnée pour nos jeux-concours, une autre pour nos évènements, une autre pour ce que l’on est réellement bien sûr et encore d’autres car ce sont des amis, des lecteurs qui ont aimé un type d’articles en particulier etc (le spectre musical que nous balayons ne se résume pas aux musiques électroniques). Ce n’est donc pas parce que nous avons 6000 fans que nous aurons 6000 vue sur un article et 6000 participants à nos soirées ! Et le nouveau système de Facebook n’arrange pas les choses…

Une anecdote sympa sur ce que les réseaux sociaux peuvent apporter de positif ?

la viralité des réseaux et d’Internet ne pardonne pas, il faut être prudent

Grâce aux réseaux sociaux, nous avons retrouvé la trace de Victor Romeo aka Parris Mitchell une des légendes de la House music de Chicago. Nous l’avons interviewé juste avant que Dance Mania, son label, ne refasse surface !

Kavinski nous a également demandé de modifier un article. C’était suite à une incompréhension concernant un article publié par un de nos rédacteurs. L’information a remonté la filière des labels et artistes poids lourds de la musique électronique mondiale (que nous ne citerons pas). Le rédacteur en question a reçu des menaces de mort de la part d’un autre artiste et certaines personnes du Paysage Audiovisuel Français ont même eu l’article sur leurs navigateurs. Ce n’était, certes, pas une bonne chose, mais nous avons appris quelque chose d’important : la viralité des réseaux et d’Internet ne pardonne pas, il faut être prudent. D’un autre côté, cela montre que nous sommes surveillés et qu’il y a des attentes concernant notre travail !

Nous avons également remporté les Golden Blog Awards en 2012, et sans nos solides communautés, cela aurait été compliqué. Merci à tous !

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez le plus sur Facebook/Twitter/Soundcloud?

Nous avons remis en ligne toutes nos archives de « Phonocasts », notre série de podcasts hebdomadaires. Cependant, sur les 120 épisodes diffusés, certains ne sont pas en ligne pour des questions de droits d’auteurs. On ne peut pas modifier l’ordre des publications ce qui fait qu’une partie des Phonocasts est dans le désordre et que l’on a dû mettre un set en page d’accueil afin que tout soit ordonné. Nous sommes en train de nous construire une communauté totalement différente de Facebook.

Sur Twitter, il nous est très laborieux de gagner des followers et des Retweets. Concernant Facebook, tout se passe bien, si ce n’est, comme nous l’avons mentionné en haut, sa politique de ‘Pay to promote’ qui durcit les règles d’utilisation. D’un autre côté, cela représente un nouveau défi à relever !

 

Parmi les trois précédemment cités, quel est le réseau social préféré du Phonographe ?

Au niveau de nos activités, Soundcloud est le plus adapté, une vraie merveille ! Twitter est également essentiel pour des bloggers pour se tenir informés en temps et en heures de ce qui sort et est beaucoup plus pratique que Facebook car toutes les publications apparaissent, et l’on n’est pas distraits par les photos de vacances des amis.

Quel est le réseau social sur lequel vous n’avez pas encore osé vous lancer (faute de temps), mais que vous rêvez d’exploiter ? Pourquoi ?

Sans hésiter, Youtube. Nous utilisons un outil très pratique pour les playlists qui s’appellent Minilogs et qui permet d’insérer des liens provenant de différentes plateformes (Soundcloud, Youtube, Dailymotion etc), ce que ne permettent pas bien évidemment les playlists Youtube. Ceci dit, nous avons essayé de mettre en ligne nos playlists hebdomadaires sur Youtube mais le réflexe est difficile à prendre donc nous avons tendance à le délaisser. Il nous faudrait plus de temps pour montrer que l’on existe sur ce réseau et trouver des moyens pour développer notre chaîne de façon attractive.

Il est également important de décoller les yeux de l’écran et sortir voir les artistes en vrai et pourquoi pas pour acheter des disques plutôt que de les visualiser sur Youtube ? Internet est un puits sans fond…

 

Le Phonographe occupe une place privilégiée dans l’organisation du Festival Elektricity. Comment définissez-vous votre rôle ?

Au départ, notre rôle consistait à effectuer le travail d’un blog classique : relayer les évènements via les jeux concours, interviewer les artistes qui nous intéressaient et passer des disques sur certains évènements. Ensuite, nous avons occupé de plus en plus d’espace en proposant une carte blanche Phonographe Corp au Palais du Tau pour Elektricity X et en étant les « cobayes » du festival Off qui a commencé à se développer il y a 2 ans (c’était la 3ème édition cette année). Nous avons également organisé une soirée en collaboration en 2012 pour annoncer la programmation du festival avec, en invités, 2 représentants emblématiques du festival : Monsieur Monsieur et Brodinski.

Cette année, nous étions en effectif extrêmement réduit, notre participation s’est donc résumée à une soirée Phonographe le 17 septembre au Carreau avec l’un de nos ambassadeurs, Shaman Boil, et à des DJ sets pour l’after du Parvis du 28 !

Quels sont vos points de vue sur les évolutions des droits d’auteurs avec le développement d’internet ?

Nos idées sont encore troubles concernant cette question. Le projet Hadopi était assez scandaleux et a été avorté. Nous sommes partisans du soutien des artistes, mais nous voulons rester libres, ce sont 2 envies assez antinomiques…

Vous voyez l’industrie musicale comment dans 10 ans ?

Y a-t-il un ras-le-bol généralisé du tout numérique ?

De nos jours, la tendance s’est inversée. Avant, les artistes tournaient défendre leurs disques, maintenant, ils produisent pour tourner car les cachets sont de plus en plus élevés et les évènements plus nombreux. Même des marques comme Red Bull ou Burn sponsorisent des concerts ! On dit d’Internet qu’il a tué l’industrie, mais d’un autre côté, il y a un revirement vers le vinyle. Y a-t-il un ras-le-bol généralisé du tout numérique ? Nous pensons que dans 10 ans, cette tendance s’intensifiera : les consommateurs achèteront seulement la musique qu’ils souhaitent « conserver » et seuls les disquaires de niche survivront.

Nous saluons et remercions Reims is Beautiful de nous avoir proposés cette interview sur ce sujet qui nous tient beaucoup à cœur et qui sort des sentiers battus !

2 dates pour retrouver prochainement Phonographe Corp :

  • Samedi 30 novembre > Le Carreau
  • Jeudi 5 décembre > Appart Café

Et pour suivre Phonographe Corp sur les médias sociaux :

facebook-phonographe twitter-tedxreims soundcloud-icon64 wordpress-tedxreims

Tags: ,


A propos de l'auteur

Community Manager rémois de naissance et de "ré-adoption" !



Retour en haut ↑
  • Beautiful pictures by @Igersreims !

  • On vous attend sur Facebook !

  • Beautiful Web 2.0 !












  • Happy from Reims !

  • Beautiful Hashtag >> #Igersreims